Le petit mot du Président

Décembre 2017



A l’heure d’écrire ces lignes, « Bavière » brûle… Trois ou quatre bourgmestres de Liège ont essayé, hésité, tâtonné, reporté, consulté, envisagé, disserté… sur l’avenir de l’espace et rien ne se passe. Sans vouloir faire de raccourci trop facile, on pourrait parfois craindre qu’après trois responsables des ressources humaines et six DNR aussi la Réserve ne se mette à brûler tant les choses sont lentes, peu fructueuses, vides parfois …

Face à cette situation, fin novembre, la Marine annonçait qu’elle revoyait son organigramme et sa façon d’employer sa Réserve. Une décision louable où un Réserviste est institué Chef du Corps de la Réserve Marine.  Le nombre de Réservistes y est presque triplé, encore faudra-t-il recruter mais la méthode navale est simple. Des Réservistes et des collègues de carrière s’occupent d’un stand lors des foires et portes ouvertes et recrutent des candidats marins. Par la suite, il s’orientera vers un métier et ensuite vers la Réserve ou vers l’Active puisque la plupart des métiers sont presqu’ identiques pour chaque statut. Les canadiens procèdent ainsi depuis un certain temps et « cela marche ». Les missions du personnel de réserve sont donc identifiées, attribuées et une obligation de résultat sous-tend cette décision. Des Réservistes de la Marine sont disséminés dans tout notre territoire là où il y a de l’eau où un bâtiment peut naviguer. Un nouveau site, à visiter absolument, dynamique, varié et à jour a été mis en ligne (https://navyreserve.joomla.com/). Bref, à la Marine, cela a bougé et bougera encore… Tu veux être marin, tu seras marin après on verra !

De-ci-de-là des Chefs de Corps échangent des avis, les uns étant proactifs, les autres étant plus mitigés, les derniers attentistes. 

Dans les Composantes, les groupes de travail “Réserve future” se voient  et tentent une énième présentation (projet, effectifs Res nécessaires, …)  afin d’aider DNR à tracer notre avenir. De report en report, fin novembre était une énième échéance dont nous attendons les résultats impatiemment. Or, les divers saucissonnages de chapitres à discuter ne permet pas d’avoir une vision d’ensemble, mène à des contradictions, des retours en groupe de travail et, surtout, des pertes de temps.

Vu de Liège (et peut-être d’ailleurs), le « jeu de la montre » est très délétère car, d’ici cinq ans la presqu’entièreté des Réservistes ex-miliciens aura disparu. Or ce sont surtout ceux-ci quiœ uvrent aujourd’hui à l’avenir de nos jeunes successeurs tant les arcanes actuels sont autant de dangers pour le futur. Une connaissance du système, augmentée d’une touche innovante mais ne pouvant être naïve, nous permet de collaborer positivement à un avenir plus motivant.

Le monde politique semblerait commencer à s’en émouvoir, l’avenir nous en dira plus.

Dans un précédent éditorial, il était reproché à certains d’entre nous de vivre cachés et de taire ce qu’ils font. A ces membres « actifs de l’ombre », nous lançons un appel afin qu’ils nous informent par le biais de notre revue. Une ou deux pages relatant un travail ou un exercice particulier montrent ce qui se fait et encourage les autres à en faire autant.

Regarder dans le rétroviseur de cette année nous amène à nous rappeler que le CRMR-Liège a stimulé, soutenu ou participé à l’organisation d’événements majeurs. Organisé au printemps au 2Cdo et en 2018 à la base navale de Brugge, Green Spring semble atteindre son rythme de croisière.  La naissance et montée en puissance de la 4Cie de Res opérationnelle au 12/13 Li suit son cours et plusieurs articles complètent vos lectures. Suite au départ du LCL BEM MONIN, nous y avons convenu d’une rencontre prochaine avec les nouveau Chef de Corps, LCL BEM HERMANS. Le manque d’effectifs au défilé a permis à 65 Réservistes de tous horizons de renouer avec les traditions de défiler lors du 21 juillet à Bruxelles. Autre fait marquant tout proche, LCL BEM HAMES, Commandant de Province, était des nôtres lors du repas de corps. Une première depuis notre 50ème anniversaire.  Celui-ci en profita pour nous expliquer les projets mis en place avec les Réservistes du Commandement de Province. Notre province pourrait presque se targuer du titre d’incubateur d’initiatives ! Une foule d’autres activités furent organisées et furent présentées lors de notre assemblée générale.

Incubateur d’initiatives, le CRMR-Liège reste prêt à apporter sa pierre à l’édifice. Sous prétexte du manque d’instructeurs et de moyens budgétaires, l’organisation du recrutement et de la formation des futurs Réservistes laisse à désirer. Viser une fois par an le recrutement de diplômés alors que les besoins s’expriment à tous les niveaux est une utopie pas toujours comprise ou ignorée.

Recruter aussi des tous jeunes en fin d’humanités au cours de cette année 2018, pourrait être une nouvelle initiative que nous souhaitons stimuler, soutenir, voire initier – à titre de case study – au niveau de notre province. Nous avons observé le Canada, la Grande-Bretagne et plus récemment la France. Nous n’inventons rien, ce serait encore perdre son temps.  Nous proposons d’adapter.

Des incorporations locales 3 à 4 fois sur l’année devrait être un objectif. Les locaux existent, de potentiels Réservistes d’encadrement sont identifiés. Il ne reste plus que le “GO” de la hiérarchie… que nous attendons.

Un bilan rapide vient d’être tracé et les projets 2018 sont lancés. 

Que cette période de fêtes vous soit profitable, vous donne des idées à nous transmettre et vous permette de vous ressourcer.

Bonne année 2018 à toutes et à tous !

Col (R) Dominique DI DUCA

Président